Poésie

Publié le par Louis VADMEET

Ecrit en 1978 :

 

Poésie, amalgame de mots

Qui ne sonnent pas faux.

Poésie, parfois de bons mots,

Et, pourtant, comme il faut !

Poésie, extase, admiration,

Poésie, emphase et passion !

Poésie, atmosphères, descriptions !

Amusettes et distractions !

Poésie, trop-plein du subconscient,

En des termes souvent balbutiants ;

Hésitation, reprise, maintien de la rime,

Pirouettes de langage parfois sublimes !

Poésie, martellement de mots,

Pour souligner de gros maux

Ou pour décrire, chanter le beau,

En des termes parfois cabots

Et qui pourtant emballent chacun,

Touchent les cœurs, c’est certain !

Poésie ! Poésie ! Poésie !

Sans toi tout est fade !

Poésie ! Poésie ! Poésie !

Ne me laisse pas en rade !

Poésie, parle en moi et distille tes mots,

Poésie, guide ma plume comme celle d’un marmot.

Et comme le ferait l’habile pinceau,

Met dernière touche à ce tableau !...

 

(Tiens !? Louis est « FAN »)

 

LePoete.jpg

Le Poète - 1911 - Marc Chagall


Publié dans Une Oeuvre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mégane 02/11/2010 23:25


Tiens c'est amusant, moi aussi j'ai pensé au slam et à Grand Corps Malade en lisant certains poèmes. On y retrouve la même fraicheur, la même liberté joyeuse dans la façon d'écrire. C'est
rafraichissant, merci Hervé de continuer ce blog et de nous faire profiter de toutes ces créations !


Nicolas 27/10/2010 16:50


je souscris à ce qu'a écrit Ophélie et à la réponse d'RV.
en fait, Louis est un slameur. je m'amusais à imaginer ce texte récité par Grand corps malade, ou tout autre slameur. de la poésie de rue, sans règles de versification autres que les rimes, le
rythme et un certain tempo que l'on trouve par temps beau.


Louis VADMEET 26/10/2010 18:07


Ophélie, merci et je n'ai rien à ajouter à ton commentaire. Je souscris à tout ce que tu écris. Tu sais, mon Papa s'en voulait parfois de ne pas versifier selon d'antiques règles : les sonnets, les
alexandrins, les octosyllabes, etc. Ce n'était pas fait pour lui. Il aurait pu se forcer... Mais à quoi bon ? Il écoutait dans sa tête la musique de son poème et il trouvait que ça sonnait juste.
En effet. J'ai remarqué que toi aussi tu écris en vers libres et ça me plaît. Quant à ta demande de déposer ce texte sur ton blog "asphodèles", je suis d'accord et cela me fait grand plaisir. Je
t'embrasse, Hervé.


Ophélie Conan 26/10/2010 10:50


Très beau poème, belle musique des mots, mais en même temps... tout est dit sur la fonction de la poésie et ses racines dans le monde de l'enfance. Louis est un vrai poète. Me permets-tu, Hervé, de
publier celui-ci dans ma petite anthologie "Asphodèles, etc."? Je t'embrasse. Ophélie